Gilles D’Elia

photographies        journal d’un photographe        actualités        contact


7 Juin 2019

“Back on Boogie Streeet” : expo street photo

La Cantine de la Cigale présente, du 15 juin au 15 juillet 2019, une exposition de “street photography” de Gilles D'Elia.

C'est donc tout naturellement que cette expo s'intitule “Back on Boogie Street”, que l'on pourrait traduire, infidèlement, par “retour à la rue qui bouge”. Pour un photographe, c'est toujours un retour à la vocation première que de redescendre dans la rue, sans intention précise, avec son appareil photo.

Sortir de chez soi, sans savoir dans quelle direction l'on va, marcher pendant des heures, dériver, les yeux en plein éveil, dans un état d'hypnose visuelle... jusqu'à ce moment où tout le réel semble s'organiser miraculeusement pour composer une photographie (moment qui certains jours n'arrive jamais, et d'autres jours arrive vingt fois). La “street photo”, ce n'est pas un genre, c'est une manière de vivre.

“Back on Boogie Streeet”, c'est aussi un hommage à la célèbre chanson de Leonard Cohen, une mélopée qui pourrait être le manifeste du photographe de rue : le conflit entre la liberté intérieure et le tumulte de l'agitation urbaine, tension qui se résout dans le désir de rencontrer et de déclencher, quels que soient les risques.

C'est sans doute aussi un petit miracle si cette exposition est organisée à La Cantine de la Cigale, à l'endroit le plus animé, mouvant et frénétique de Paris : au cœur du boulevard de Rochechouart, entre Barbès, Pigalle et la Place Clichy.

On chercherait une authentique Boogie Street à Paris, on ne trouverait pas mieux que le boulevard de Rochechouart, et son carrefour palpitant : le 124, jouxtant la mythique salle de concert La Cigale, où se produisirent, entre tant d'autres, Charles Trenet, Radiohead, Prince, ou encore Claude Nougaro, le poète qui voulait tourner la page...


» La page Facebook de La Cantine de la Cigale.

LA CANTINE DE LA CIGALE
124, boulevard de Rochechouart
75018 Paris

Du 15 juin au 15 juillet 2019.


 “Éloge du hasard” à l'Espace Beaujon »